Réadaptation

La réadaptation ou la thérapie à la suite d’une lésion cérébrale modérée à grave consiste à renforcer les capacités physiques et cognitives par des activités et des thérapies, avec des professionnels de la santé formés. Les plans de réadaptation sont personnalisés, afin d’obtenir des résultats optimaux. La réadaptation est souvent multidisciplinaire : de nombreux professionnels aideront à répondre aux besoins cognitifs, comportementaux, psychosociaux et physiques. Selon la situation, la réhabilitation peut durer de quelques mois à quelques années. Certaines personnes la poursuivent pour le restant de leur vie.

La réadaptation en cas de lésion cérébrale exige habituellement une référence d’un professionnel de la santé comme un médecin ou un neurologue. Ce processus peut être long, selon l’endroit où vous vivez et la disponibilité de services de réadaptation dans votre région, particulièrement si vous utilisez des services de réadaptation publics. Il est important de ne pas vous laisser décourager par les délais d’attente et de rester en contact régulier avec votre équipe de soins de santé et vos soignants pour vous assurer que votre rétablissement progresse. Vous pouvez aussi faire de l’auto-plaidoyer et de la sensibilisation au sujet des services de réadaptation.

Cette section aborde les sujets suivants:


Comment puis-je faire le suivi des soins fournis?

La continuité des soins jouera un rôle important dans la réadaptation et le rétablissement après une lésion cérébrale. La continuité des soins est assurée par le fait de travailler directement avec les mêmes médecins, les mêmes spécialistes de la réadaptation et d’autres fournisseurs de soins de santé. En établissant une relation solide avec eux, les patients et leur famille bénéficient d’une meilleure qualité des soins, d’une meilleure coordination/programmation des soins et, dans bien des cas, d’une meilleure santé. Vous devez également tenir un suivi détaillé des rendez-vous et des résultats afin de surveiller vos soins et vos rendez-vous

Facteurs qui affectent la réadaptation et le rétablissement

Selon vos besoins particuliers, vous pourriez être en réadaptation pendant quelques mois ou quelques années. Certaines personnes poursuivent une certaine forme de réadaptation pour le restant de leur vie.

Vous pourriez aussi dépendre de quelqu’un d’autre pour vous aider pendant la réadaptation. Si c’est le cas, assurez-vous de parler aux thérapeutes et de déterminer l’aide dont vous avez besoin.

Parmi les autres facteurs qui ont une incidence sur la réadaptation et le rétablissement, mentionnons:

  • Votre volonté et votre dévouement à mener à bien les activités de réadaptation
  • La gravité de la lésion cérébrale
  • Vos capacités physiques – elles peuvent être affectées si vous avez subi des blessures physiques à d’autres parties de votre corps
  • L’accès aux services
  • Vos sentiments
  • La rapidité avec laquelle la réadaptation commence après une lésion cérébrale. Des études sur la réadaptation précoce ont montré qu’elle est bénéfique pour le rétablissement d’une personne après une lésion cérébrale, mais qu’elle dépend fortement d’autres facteurs aussi (comme la gravité de la blessure). La réadaptation commencera lorsque le médecin aura déterminé que le moment est opportun.

Réadaptation des internes, externes, communautaires et virtuels

Réadaptation en milieu hospitalier (interne)
Si vous avez des besoins médicaux complexes,  vous avez besoin d’une réadaptation intensive et que vous ne pouvez pas vivre chez vous ou avec un membre de votre famille, votre médecin peut recommander une réadaptation en service interne. Cela signifie que vous séjournez à l’hôpital ou au centre de réadaptation à temps plein. Cela vous permet d’avoir accès aux  thérapies et soins dont vous avez besoin après votre lésion cérébrale. Vous pourriez être hospitalisé en réadaptation pendant quelques jours ou quelques mois, selon vos besoins. Les centres de réadaptation pour patients hospitalisés sont souvent gérés par des hôpitaux. Il y a aussi des centres de réadaptation privés qui ne sont pas associés à des centres médicaux particuliers.

La possibilité de faire de la réadaptation en milieu hospitalier est bénéfique parce qu’elle vous permet d’obtenir l’aide professionnelle dont vous avez besoin dans un environnement sécuritaire et confortable tout en réduisant le stress associé au transport et à la planification des horaires. Si vous voulez savoir s’il vous est possible de terminer votre réadaptation en service interne, adressez-vous au médecin de premier recours qui fait les recommandations.

Pendant la réadaptation des patients hospitalisés

Pendant que vous êtes en réadaptation interne, tous vos besoins fondamentaux sont pris en charge par le personnel du centre de réadaptation. Vous, votre famille et vos amis pouvez rendre le processus aussi harmonieux que possible en posant des questions comme:

  • Combien de temps vais-je rester? Comment est-ce déterminé?
  • Quelles sont les caractéristiques de sécurité des salles/les procédures de sécurité du centre?
  • Quand mes amis et les membres de ma famille peuvent-ils me rendre visite? Peuvent-ils dormir dans la chambre avec moi?
  • Pouvons-nous apporter des choses pour décorer la pièce ou la rendre plus agréable?
  • Quel est l’horaire des bains?
  • Tenez-vous compte des régimes et des préférences alimentaires?
  • Pouvons-nous faire venir de la nourriture de l’extérieur?
  • Quel est l’horaire de travail de nuit?
  • Puis-je rencontrer le personnel des deux quarts de travail?
  • Que vais-je faire en dehors des séances de réadaptation?
  • Y aura-t-il du divertissement, de la socialisation, etc.?
  • Les visites à domicile sont-elles permises pendant les hospitalisations?
  • Y a-t-il des services après le congé?
Réadaptation des patients externes (ambulatoires)
Si vous êtes prêt à vivre chez vous ou avec un membre de votre famille et que vous pouvez quitter la maison, vous participerez à une thérapie ambulatoire. Lors de la thérapie ambulatoire, vos rendez-vous auront lieu dans des centres de réadaptation ou des bureaux de thérapeutes. Souvent, vos thérapeutes vous donneront des exercices ou des activités à faire à la maison, entre les rendez-vous. La répétition et la cohérence des activités et des exercices constituent une grande partie de la réussite de la réadaptation. Cela signifie que vous pourriez avoir des exercices et des activités à faire à la maison également.
La réadaptation communautaire
De nombreux centres de réadaptation externes offrent des programmes de jour planifiés à l’avance. Cela peut aider à réduire la planification et les délais et encourager la socialisation, puisque les programmes sont généralement conçus pour des groupes.

La réadaptation communautaire (parfois appelée « à domicile ») signifie que des thérapeutes et des spécialistes de la réadaptation viennent chez vous. La réadaptation communautaire n’est pas seulement destinée à vous aider dans votre rétablissement, mais aussi à aider votre famille et votre collectivité. Cela leur apprend comment vous aider dans vos activités de la vie quotidienne et vous donne plus de commodité et d’indépendance.

La réadaptation virtuelle/les soins virtuels
La réadaptation virtuelle est offerte à la personne dans le confort de sa maison au moyen d’une plateforme virtuelle sur un ordinateur, une tablette ou un téléphone. La réadaptation virtuelle fait partie d’un secteur de soins virtuels de la médecine en pleine croissance. La réadaptation virtuelle a beaucoup d’avantages. Si vous n’êtes pas en mesure de quitter facilement votre domicile, vous pouvez faire de la réadaptation chez vous; vous n’êtes pas limité aux services disponibles dans votre région géographique; et cela assure que vous pouvez toujours avoir accès aux services de réadaptation essentiels dans les cas où ils ne sont pas possibles en personne (comme pendant la pandémie COVID-19 de 2020).

La réadaptation virtuelle et les soins virtuels constituent un secteur en développement de la médecine et, à ce titre, tous les services ne sont pas disponibles, en particulier les programmes de réadaptation qui nécessitent un équipement particulier. Cette forme de réadaptation pourrait ne pas être aussi efficace pour vous si vous n’êtes pas en mesure de regarder les écrans pendant de longues périodes, si vous avez besoin d’équipement spécialisé ou d’un thérapeute pour vous aider physiquement à faire des exercices de réadaptation. Il est important de poser des questions sur la réadaptation virtuelle, son fonctionnement et les mesures de soutien qui pourraient être mises en place pour en faire une option pour vous.

Pendant combien de temps vais-je faire de la réadaptation?

Le rétablissement des lésions cérébrales varie d’une personne à l’autre, ce qui signifie que la réadaptation est également différente. Des médecins et des spécialistes en réadaptation surveilleront vos progrès et mettront à jour le plan de rétablissement au besoin. Il n’y a pas de délai pour le rétablissement, ni pour la durée ou le degré de la réadaptation. Les principaux facteurs qui déterminent le rétablissement sont l’étendue de la blessure, le temps et les progrès réalisés lors des rendez-vous de réadaptation.

Questions à poser sur la réadaptation des victimes de lésions cérébrales

Les médecins vous fourniront des recommandations et des références pour votre réadaptation. Même avec l’aide des médecins, il y a encore des questions à poser pour vous assurer d’avoir toute l’information disponible.

Conseil : Utilisez un carnet de notes pour écrire les réponses à toutes vos questions. Cela vous aidera à faire le suivi et à partager l’information plus tard.

  • Depuis combien de temps le programme de réadaptation est-il opérationnel?
  • Quel est le ratio personnel-patients?
  • Quelle est la souplesse du programme?
  • Pourrais-je suivre une réadaptation à la fois interne et externe ici?
  • Y a-t-il des services qui ne sont pas fournis?
  • Aurai-je accès aux coordonnées des médecins?
  • Puis-je rencontrer chaque membre de mon équipe de réadaptation?
  • Les membres de ma famille peuvent-ils assister aux séances de thérapie?
  • Quelles sont les caractéristiques de sécurité du centre?
  • À quelle fréquence les tests neuropsychologiques sont-ils effectués pour surveiller les progrès?
  • Y a-t-il une façon de donner de la rétroaction sur le programme, les intervenants et mon expérience?
  • À qui puis-je m’adresser si je dois apporter des changements ou si j’ai des préoccupations?
  • Le centre se spécialise-t-il dans la réadaptation en cas de lésions cérébrales acquises ou offre-t-il un service spécialisé?
  • À quoi ressemblera l’horaire de réadaptation quotidien/hebdomadaire?
  • Des services de counseling sont-ils offerts?
  • Y a-t-il des renseignements sur le retour à la maison avec une lésion cérébrale?
  • Avez-vous un stationnement accessible?
  • Avez-vous une salle d’attente pour les gens qui m’accompagnent à mes rendez-vous?
  • Y a-t-il des vêtements spéciaux dont j’aurai besoin pour mes rendez-vous?
  • Y aura-t-il des accommodements religieux?

Comparaison des services de réadaptation publics et privés et leurs coûts

Le coût de la réhabilitation dépend de la province ou du territoire, du type et de l’échelle des services nécessaires. Cela dépend aussi du choix de réhabilitation, qui peut être publique ou privée.

La réhabilitation publique est financée par le gouvernement. Les médecins et les professionnels de la santé des hôpitaux reçoivent habituellement les patients des services de réadaptation. C’est plus abordable, mais les listes d’attente sont aussi beaucoup plus longues en raison de la disponibilité limitée des traitements. La physiothérapie est largement disponible et, dans de nombreux territoires et provinces, l’ergothérapie est couverte en partie par le gouvernement et par l’assurance. D’autres thérapies plus spécifiques ou expérimentales ne sont pas couvertes.

Les services de réadaptation privés sont payés directement par le patient et ne sont pas subventionnés par le gouvernement. C’est une option plus coûteuse. Les services de réadaptation privés ont des listes d’attente plus courtes et une plus grande variété de thérapies, ce qui est bien si vous cherchez quelque chose de précis.

Il y a des services de réadaptation externes publics et privés au Canada, mais pas pour toutes les thérapies.

Quelle partie du coût sera couverte par l’assurance?

Les types d’assurance qui pourraient aider à couvrir les coûts de réadaptation incluent:

  • L’assurance maladie/invalidité privée
  • L’assurance-maladie en milieu de travail
  • L’assurance automobile – si la réadaptation est nécessaire à la suite d’un accident d’automobile
  • Les régimes provinciaux d’assurance-maladie

Pour obtenir des renseignements précis sur ce qui est couvert par les régimes d’assurance personnels et privés, vous devrez examiner vos polices et parler à votre assureur.

Régimes provinciaux et territoriaux de soins de santé

La réadaptation peut être couverte ou non dans votre province ou territoire. Pour en être certain, communiquez avec votre service de soins de santé provincial.

Quel montant sera payé de poche?

Les dépenses personnelles dépendent du montant couvert par l’assurance. Cela dépend aussi du choix entre la réadaptation publique et la réadaptation privée.


Avis de non-responsabilité : Il ne manque pas d’outils de diagnostic médical en ligne, de groupes d’entraide ou de soutien, ou de sites qui font des affirmations non fondées sur le diagnostic, le traitement et le rétablissement. Veuillez noter qu’il se peut que ces sources ne soient pas fondées sur des données probantes, réglementées ou modérées adéquatement. Nous vous encourageons à demander des conseils et des recommandations au sujet du diagnostic, du traitement et de la gestion des symptômes auprès d’un professionnel de la santé réglementé comme un médecin ou une infirmière praticienne. Vous devriez être mis en garde contre les sites qui font l’une ou l’autre des affirmations suivantes :

  • Le produit ou le service promet une solution rapide
  • L’offre paraît trop beau pour être vrai
  • Le produit ou les services sont spectaculaires ou radicaux et ne sont pas appuyés par des organisations médicales et scientifiques de bonne réputation.
  • Des termes comme « la recherche est en cours » ou « résultats préliminaires de la recherche » sont utilisés, ce qui indique qu’il n’y a pas de recherche en cours.
  • Les résultats ou les recommandations du produit ou du traitement sont fondés sur une seule étude ou un petit nombre d’études de cas et n’ont pas été examinés par des experts externes.
  • On utilise de témoignages de célébrités ou de clients/patients antérieurs qui sont anecdotiques et non fondés sur des données probantes 

Faites toujours preuve de prudence et suivez les conseils de votre équipe médicale.

Comment trouver de l’aide après une surdose d’opioïdes

Rencontrer un conseiller

Le counseling est une étape positive dans la lutte contre la consommation problématique de substances. Les thérapeutes autorisés peuvent offrir une aide individuelle et donner des conseils concrets et pratiques pour favoriser le changement. Le counseling est également bénéfique pour les personnes qui ont subi une lésion cérébrale et qui apprennent à faire face aux changements dans leur vie.

Participer aux groupes d’entraide

De nombreuses villes ont des groupes d’entraide locaux pour la toxicomanie. Ces groupes sont conçus pour offrir un environnement favorable aux personnes qui vivent des problèmes de toxicomanie. Les professionnels de la santé locaux seront en mesure de fournir plus d’informations sur le soutien dans votre région et sur leur capacité de répondre à des besoins particuliers après une blessure.

Il y a aussi de nombreuses associations des lésions cérébrales au Canada qui offrent des programmes et des ressources propres à chaque région.

Réadaptation résidentielle

Des centres de réadaptation résidentielle sont disponibles pour les personnes qui ont besoin d’un environnement différent. Il y a des centres de toxicomanie privés et publics au Canada. Les centres publics sont gratuits, mais ils ont de longs délais d’attente. Les centres privés entraînent des dépenses directes.

N’oubliez pas que tous les centres ne seront pas équipés pour répondre aux besoins d’une personne ayant un problème de toxicomanie et une lésion cérébrale. Il est important de travailler avec une équipe médicale pour trouver le meilleur traitement.

Centres de consommation supervisée

La consommation problématique de drogues est un problème complexe auquel il n’y a pas de solution facile. Beaucoup de gens ont de la difficulté à s’arrêter. C’est là que les centres de consommation supervisée peuvent être utiles. Ce sont des endroits pour les personnes cherchant à arrêter ou à réduire leur consommation de drogues, et la recherche montre qu’ils sont efficaces pour améliorer la santé et sauver des vies.

En plus d’offrir un lieu de consommation sécuritaire, de nombreux centres de consommation supervisée offrent des services de dépistage pour détecter les contaminants potentiels, un accès aux services d’urgence, des tests de dépistage des maladies et des infections, ainsi que des références et de l’information sur le traitement (Source : gouvernement du Canada).

Ressources


Avis de non-responsabilité : Il ne manque pas d’outils de diagnostic médical en ligne, de groupes d’entraide ou de soutien, ou de sites qui font des affirmations non fondées sur le diagnostic, le traitement et le rétablissement. Veuillez noter qu’il se peut que ces sources ne soient pas fondées sur des données probantes, réglementées ou modérées adéquatement. Nous vous encourageons à demander des conseils et des recommandations au sujet du diagnostic, du traitement et de la gestion des symptômes auprès d’un professionnel de la santé réglementé comme un médecin ou une infirmière praticienne. Vous devriez être mis en garde contre les sites qui font l’une ou l’autre des affirmations suivantes:

  • Le produit ou le service promet une solution rapide
  • L’offre paraît trop beau pour être vrai
  • Le produit ou les services sont spectaculaires ou radicaux et ne sont pas appuyés par des organisations médicales et scientifiques de bonne réputation.
  • Des termes comme « la recherche est en cours » ou « résultats préliminaires de la recherche » sont utilisés, ce qui indique qu’il n’y a pas de recherche en cours.
  • Les résultats ou les recommandations du produit ou du traitement sont fondés sur une seule étude ou un petit nombre d’études de cas et n’ont pas été examinés par des experts externes.
  • On utilise de témoignages de célébrités ou de clients/patients antérieurs qui sont anecdotiques et non fondés sur des données probantes 

Faites toujours preuve de prudence et suivez les conseils de votre équipe médicale.

Conseils pour accroître la mobilité

La plupart des gains de récupération physique se produiront au cours des 6 à 24 premiers mois – mais ce n’est pas une règle stricte. Chaque lésion cérébrale est différente et nécessite son propre plan de traitement et échéancier. Vous pouvez prendre des mesures pour augmenter votre mobilité au fil du temps.

Travailler avec des physiothérapeutes, des kinésiologues et des ergothérapeutes

La meilleure façon d’améliorer votre mobilité est de travailler avec des experts. Les physiothérapeutes, kinésiologues et ergothérapeutes se spécialisent dans l’amélioration de la motricité globale et de la motricité fine. En ayant l’appui de professionnels et en suivant un plan de réhabilitation sur mesure, vous pourrez progresser.

Répéter des exercices et des activités

Nos muscles et notre corps apprennent les mouvements en les répétant. Plus vous pratiquez un exercice, plus votre corps réagira. Cependant, les exercices pratiques devraient être étalés dans le temps. C’est un long processus qui demande beaucoup de patience, et vous ne devriez pas aller trop fort ou trop vite, car cela peut entraîner une diminution du rendement. Cela peut causer de la frustration à l’égard du processus, ce qui peut également avoir une incidence sur vos progrès.

La meilleure façon d’observer les résultats est de suivre le programme établi par les thérapeutes et d’utiliser des exercices ou des activités qui imitent les actions que vous aimez et faites dans vos routines quotidiennes. Des activités stimulantes et intéressantes mèneront à un rétablissement plus remarquable et plus significatif, car vous serez plus enclin à répéter ces activités.

Les médicaments

Les médicaments peuvent être utilisés pour contrôler le tonus musculaire, les crises d’épilepsie, la gestion de la douleur (maux de tête, douleur centrale), les étourdissements et les nausées. Les médicaments ne doivent être prescrits et pris que sur la recommandation de votre médecin.

Une bonne relation de travail avec votre médecin est cruciale. Tous les aspects du rétablissement après une lésion cérébrale prennent du temps, il s’agira donc d’une relation à long terme avec de nombreuses personnes. Vous devriez vous sentir à l’aise de leur parler de tout changement à votre santé et bien-être, tout au long de votre rétablissement. Ils pourront adapter votre plan de traitement au besoin, ce qui vous aidera à progresser le plus possible.

Utiliser des aides à la mobilité au besoin

Pour améliorer votre mobilité et assurer votre sécurité, vous devriez toujours utiliser les aides à la mobilité recommandées par vos thérapeutes ou votre équipe de soins de santé. De nombreuses personnes atteintes de lésions cérébrales continuent d’utiliser une aide quelconque, comme des chaussures robustes ou des bâtons de marche, pour réduire le risque de blessures.


Voir sources

Mobilité

Bon nombre de effets physiques ont une incidence sur la mobilité d’une personne ou sur sa capacité de se déplacer, notamment:

  • Être incapable de marcher (boiter, avoir mauvaise posture, manquer d’endurance, être incapable de marcher et d’effectuer des activités en même temps, manquer d’équilibre, devoir utiliser une aide à la marche comme une canne ou un déambulateur)
  • Être incapable de travailler, de jouer ou de conduire
  • Être incapable de s’asseoir ou de s’habiller
  • Ressentir des douleurs causées par le fait de rester trop longtemps dans la même position
  • Avoir des contractures (articulations et/ou muscles tendus en permanence)
  • Des pertes de masse musculaire causées par le manque d’utilisation
  • Perdre le contrôle des mouvements
  • Une dépendance accrue envers les autres
  • Un risque accru de chutes
  • Un mauvais positionnement des lits et des fauteuils roulants

Lorsqu’une personne subit des changements dans sa mobilité après une lésion cérébrale, il peut être difficile de s’adapter à sa nouvelle réalité. Cela peut accroître les risques de problèmes de santé mentale, comme l’anxiété et la dépression.

Il est important de travailler avec les professionnels de la santé, y compris les physiothérapeutes, les ergothérapeutes et les kinésiologues, pour régler les problèmes de mobilité et créer un plan de réadaptation axé sur des résultats.

Cette section aborde les sujets suivants:


Comment le cerveau perçoit-il l’environnement et contrôle la mobilité?

Notre cerveau contrôle notre capacité de bouger, nos réactions physiques et notre capacité d’utiliser et de déplacer des objets. Bien que l’emplacement et la taille de la lésion cérébrale n’impliquent pas toujours des problèmes de mobilité, certaines zones du cerveau contrôlent des aspects particuliers de la mobilité, tels:

  • Les fonctions de base du corps comme la fréquence cardiaque, la tension artérielle, la respiration, la transpiration, la conscience et la vigilance.
  • La coordination et l’équilibre, y compris la fluidité des mouvements.
  • L’information relative à la vue, au toucher et à la conscience spatiale. Si le cerveau a de la difficulté à déterminer ce qu’il perçoit et où, il peut être difficile d’exécuter des mouvements comme tendre la main, prendre des objets et se déplacer dans l’environnement.
  • La planification et l’ordre des mouvements, ainsi que la force et la coordination des muscles. Cela signifie qu’une personne peut marcher, mais a de la difficulté à planifier ses mouvements ou peut se déplacer de façon impulsive.
  • Le système vestibulaire, composé d’organes de l’oreille interne et du nerf vestibulaire. Il fournit au cerveau des informations sur le mouvement, la position de la tête et l’endroit où vous vous trouvez dans un espace. Il aide aussi à maintenir l’équilibre en stabilisant la tête et le corps pendant les mouvements et en maintenant une bonne posture.
  • La vision. Les mouvements peuvent devenir plus difficiles s’il y a des déficits visuels.

Plus d’informations sur le fonctionnement du cerveau

De nombreux survivants ayant subi une lésion cérébrale traumatique ne présenteront pas de limitations physiques visibles importantes. Cependant, ils pourraient subir des blessures temporaires, comme des fractures, qui auront une incidence sur leur mobilité. Souvent, les déficits physiques sont « invisibles » pour les autres, et cela est vrai aussi pour les effets cognitifs et comportementaux. C’est pourquoi les lésions cérébrales sont souvent qualifiées de blessures invisibles.

Effets sur la mobilité après une lésion cérébrale

L’équilibre
L’équilibre est la capacité de rester centré en marchant, en s’assoyant et en exécutant d’autres mouvements. Il vous permet de contrôler et d’ajuster votre corps avant, pendant et après un mouvement afin d’éviter de tomber. Les problèmes d’équilibre après une lésion cérébrale sont courants : 30 à 65 % des survivants ont signalé un problème d’équilibre [1].

L’équilibre exige une force musculaire fonctionnelle, une vision, une fonction vestibulaire (oreille interne), une sensation dans la peau, les muscles, les tendons et les articulations (appelée proprioception). Il exige également une fonction cognitive et une planification des mouvements. Lorsque vous avez un équilibre normal, votre cerveau traite continuellement des informations provenant de plusieurs sens et parties du corps. Le cerveau envoie ensuite des instructions au système moteur et sensoriel du corps (muscles des bras, des jambes, du cœur et des yeux) pour vous maintenir en équilibre.

Les causes courantes des problèmes d’équilibre après une lésion cérébrale acquise incluent:

  • Des changements de tension artérielle
  • Des blessures au cerveau
  • Des médicaments
  • Des problèmes de santé mentale comme la dépression, l’anxiété, la peur de tomber ou la peur de bouger
  • Des déficiences sensorielles
  • Des déficiences du contrôle moteur
  • Des étourdissements, la sensation de vertiges, de tourner ou les nausées

L’équilibre est important non seulement pour la marche, mais aussi pour toutes les activités quotidiennes. Un mauvais équilibre peut vous empêcher de travailler, de conduire ou de participer à des activités sportives, etc. Les problèmes d’équilibre et les étourdissements peuvent augmenter le risque de chutes et de blessures, y compris une autre blessure à la tête. Cela peut avoir une incidence sur vos aptitudes, votre santé mentale et bien-être.

Comment puis-je améliorer mon équilibre?

Les problèmes d’équilibre s’améliorent habituellement graduellement, par des activités et des exercices. Plus vous bougez, plus votre situation s’améliorera. Un physiothérapeute ou un autre spécialiste pourraient vous aider à améliorer votre équilibre. Bien que de nombreuses personnes atteintes d’une lésion cérébrale acquise puissent marcher ou se déplacer indépendamment dans les quelques mois suivant leur blessure, beaucoup d’autres auront des problèmes lors des mouvements rapides, de la course, de la pratique d’un sport et d’exercices d’équilibre de haut niveau. Certaines personnes se rétabliront complètement tandis que d’autres auront des déficits pemanents qui changeront leur vie quotidienne.

Si l’un ou plusieurs de vos systèmes d’équilibre ne fonctionnent pas bien, vous pouvez essayer d’améliorer votre équilibre en vous concentrant sur les aspects qui fonctionnent. Par exemple, si vous avez une mauvaise vision, assurez-vous d’avoir de bonnes chaussures, un éclairage optimal et des aides visuelles.

Voici d’autres façons de faire face aux problèmes d’équilibre:

  • Utilisez des aides à la mobilité comme des cannes et des marchettes, si elles vous sont recommandées par un professionnel de la santé.
  • Tenez-vous au bras d’un membre de la famille ou d’un aidant, si vous vous sentez instable.
  • Portez des chaussures appropriées (au bout fermé et au talon bien ajusté et plat).
  • Travaillez avec un ergothérapeute pour adapter votre environnement à la maison, par des rampes d’escalier, l’installation de rampes et de chaises de sécurité dans la salle de bain et l’enlèvement des tapis ou d’autres risques de trébuchement.
  • Dégagez les zones à forte circulation dans votre maison.
  • Utilisez un éclairage adéquat et des lumières de nuit (par exemple, des lumières intelligentes qui peuvent être commandées par voix ou par téléphone).
  • Évitez l’alcool ou d’autres substances qui peuvent nuire à votre sens de l’équilibre.
L’endurance
L’endurance, ou la résistance, consiste à avoir la force, l’énergie et la capacité d’exécuter une action sur une longue période. Elle peut être mesurée par la façon dont vous exécutez une activité ou la mesure dans laquelle vous pouvez en augmenter l’intensité ou la durée. Par exemple, il faut d’abord commencer par marcher plus loin, et ensuite marcher plus vite.

Comment améliorer ma résistance

Il faut du temps, de la patience et de la pratique pour acquérir de la résistance. Votre résistance sera surveillée par votre physiothérapeute, vos ergothérapeutes, fournisseurs de soins de santé et  soignants. Votre thérapeute peut vous donner des exercices de renforcement à faire, comme l’utilisation de poids légers ou de bandes de résistance élastiques. Ils peuvent aussi recommander de vous concentrer sur la forme et la répétition pour améliorer votre endurance et d’autres aspects de la mobilité, comme la posture et la démarche.

L’un des moyens de suivre vos progrès est de tenir un journal de vos activités. Par exemple, si votre objectif est de marcher 100 mètres sur le tapis roulant en une session, suivez cette progression, puis fixez votre prochain objectif. Vos thérapeutes peuvent vous aider à fixer des objectifs, et cela peut vous aider à remarquer les progrès que vous faites.

Motricité globale et fine
La mobilité est la capacité d’une personne de bouger ses membres. Cela comprend la motricité globale, comme la marche et les mouvements plus grands, et la motricité fine, comme le capacité de ramasser des objets ou d’écrire. Ces compétences sont profondément affectées par les lésions cérébrales. Si vous perdez une partie de votre mobilité, vous devez affronter des changements majeurs dans style mode de vie. La physiothérapie et l’ergothérapie peuvent aider à renforcer ou à récupérer la mobilité et à apprendre de nouvelles façons d’effectuer des tâches. Cela pourrait inclure :

  • Travailler avec les doigts sur des tâches minutieuses comme l’écriture ou l’artisanat
  • Faire des exercices d’amplitude de mouvement et de renforcement

Certains exercices et certaines activités seront recommandés en fonction de vos besoins.

Tonus musculaire, force et coordination
Le tonus musculaire est le degré de tension dans un muscle lorsqu’il est en position de repos (non utilisé activement). Lorsque le tonus musculaire est normal, les membres et le corps se déplacent facilement. Une lésion cérébrale peut nuire au contrôle normal du tonus musculaire. Cela peut causer une diminution du tonus musculaire – vos membres semblent instables et lourds (aussi appelée hypotonicité ou flaccidité). Cela peut aussi augmenter le tonus musculaire – vos membres sembleront raides et tendus (aussi appelé hypertonie ou spasticité). Les deux affectent la capacité de contrôler le mouvement.

Après une lésion cérébrale, les muscles peuvent présenter des degrés de faiblesse variables. Certains muscles peuvent être plus forts dans un membre que dans l’autre. Des dommages à certaines parties du cerveau peuvent entraîner des mouvements lents, saccadés ou incontrôlés. Vous pouvez entendre les termes suivants :

  • Hémiparésie : une faiblesse musculaire d’un côté du corps seulement
  • Hémplégie : paralysie musculaire (sans mouvement) d’un côté du corps seulement

La physiothérapie et l’ergothérapie peuvent aider à travailler sur le tonus musculaire. C’est un processus qui requiert de la patience, car il peut prendre beaucoup de temps. Votre plan de traitement devra être adapté en fonction de l’évolution de votre mobilité; il se peut que vous ne retrouviez jamais complètement la mobilité que vous aviez avant la blessure.

Comment améliorer le tonus et la force musculaires

Les moyens d’améliorer le tonus musculaire dépendent de la présence de spasticité ou de muscles flaccides. Si vous souffrez de spasticité, votre médecin peut vous recommander des médicaments ainsi que des exercices d’étirement et d’amplitude des mouvements supervisés par un thérapeute. Si vous avez un tonus musculaire flaccidique, le traitement peut comprendre le travail sur un positionnement approprié, des exercices et des dispositifs de positionnement articulaire (Source : Fondation des maladies du cœur). L’amélioration du tonus musculaire requiert du temps et de la patience.

Pour améliorer sa force, il faut se concentrer sur les régions musculaires qui ont le plus besoin d’aide. Au fil du temps et avec beaucoup de pratique et de patience, des exercices comme l’entraînement à la résistance peuvent aider à accroître la force.

Comment améliorer la coordination

Vous avez besoin de coordination pour chaque mouvement que vous faites. L’amélioration de la coordination exige beaucoup de temps et de patience, tout comme l’amélioration du tonus et de la force musculaires. Bien que les exercices varient, ils contiendront plusieurs composantes clé, notamment :

  • La répétition
  • L’objectif d’augmenter la vitesse et la précision
  • La bonne forme
  • L’inclusion d’indices sensoriels
La posture
La tête et le cou donnent une base stable aux yeux, à la bouche et à la langue. À son tour, le tronc (la zone entre les épaules et les hanches) offre une base stable qui nous permet d’utiliser nos bras et nos jambes. Pour nous déplacer normalement, la tête, le cou et le tronc doivent être positionnés correctement lorsqu’on est debout et assis.

Une lésion cérébrale peut affecter les muscles qui contrôlent la position de la tête, du cou et du tronc. Elle peut également affecter le sens de ce qui est droit et vertical. Par exemple, vous pouvez pencher à gauche ou à droite parce que les muscles qui gardent votre posture sont affectés. Cela peut être causé par une information erronée provenant des sens au sujet de votre position, une amplitude de mouvement limitée, un tonus musculaire anormal ou une douleur. Si la posture est mauvaise, vous pouvez créer une liste de vérifications visuelles à faire lorsque vous êtes assis ou debout. Vous pouvez également demander à un soignant de vous aider.

La physiothérapie peut vous aider à travailler sur votre posture lorsque vous êtes assis et debout. Les thérapeutes utiliseront des exercices particuliers et de la formation sur la démarche pour apporter des améliorations. Au-delà de ces exercices, voici des façons dont vous pourriez travailler sur votre posture :

  • Roulez les épaules vers l’arrière
  • Utilisez un mur pour aider à redresser votre posture. Vos oreilles doivent être alignées avec le milieu de vos épaules
  • Assoyez-vous en collant le dos au dossier de votre chaise et choisissez des chaises à dossier haut
  • Portez des chaussures qui offrent un soutien adéquat
  • Utilisez un matelas qui soutient correctement la colonne vertébrale

Il y a aussi quelques étirements et positions de yoga simples qui aident à améliorer votre posture et votre flexibilité. Vous devriez d’abord consulter vos thérapeutes et médecins pour savoir si vous devriez faire du yoga. Si vous avez des problèmes d’équilibre, il y a certaines formes de yoga en fauteuil qui peuvent être faites en position assise.

Les sensations
Les sensations nous informent sur notre manière de bouger, sur que nous ressentons et ce qui se passe autour de nous. Les sensations incluent le toucher léger, la douleur, la température, le mouvement des articulations et des muscles, la vision et l’ouïe.

Les changements dans la façon dont vous ressentez les sensations peuvent affecter votre capacité de sentir le mouvement ou la position, les changements de température ou des parties  du corps affectées. Ces changements rendent difficile le réapprentissage des mouvements, puisque l’information sur le mouvement doit être ressentie d’abord. La perte de sensation peut aussi rendre la marche et l’équilibre plus difficiles.

La perte de sensation peut être un problème de sécurité très grave parce que vous ne pouvez peut-être plus sentir une blessure ou être conscient d’une certaine partie de votre corps. Il est important de savoir quels types de sensations ont changé pour vous aider à rester en sécurité. Par exemple, si vous ne pouvez pas ressentir de températures chaudes ou froides dans une partie de votre corps, utilisez une partie non affectée du corps pour vérifier la température de l’eau avant une douche.

La gestion des changements de sensations peut s’avérer difficile, mais votre équipe soignante peut vous aider à apprendre à faire face à la situation. Votre plan de traitement dépendra des changements de sensation que vous éprouvez.

Les soutien des aidants naturels

Si vous avez besoin d’aide à la mobilité, il est important que vos soignants soient formés pour la fournir. L’aide à la mobilité peut comprendre le transfert d’un lit à une chaise, l’utilisation des installations et la marche. Le personnel soignant doit savoir comment vous lever, vous positionner et vous déplacer en toute sécurité. C’est important pour la sécurité de tout le monde – une formation adéquate réduit le risque de blessure pour vous deux. Les fournisseurs de soins recevront couramment cette formation de la part de professionnels de la santé qui participent à vos soins

La réadaptation physique

Lorsqu’une lésion cérébrale cause des dommages qui affectent la mobilité et le mouvement, un physiothérapeute évaluera votre état physique et vos capacités. Après l’évaluation, un programme de traitement adapté à vos besoins est créé. Les programmes de réadaptation sont axés sur les objectifs, ce qui signifie que les thérapeutes travaillent avec vous pour élaborer un plan de traitement qui non seulement répond à vos besoins, mais vous aidera aussi à atteindre vos buts. Ces objectifs et ces plans nécessitent une réévaluation et une modification continues à mesure que le traitement progresse et que vos objectifs changent. La réadaptation physique peut inclure des activités comme:

  • Des exercices de renforcement axés sur l’augmentation de l’endurance et des muscles
  • Des étirements par amplitude de mouvement qui se concentrent souvent sur des articulations spécifiques
  • Des exercices d’équilibre qui ciblent les secteurs déficitaires
  • L’entraînement à la marche
  • Des étourdissements/la réhabilitation vestibulaire
  • La réhabilitation visuelle/de la perception

La physiothérapie de courte ou de longue durée  exige une participation active. Il se peut que vous ayez des activités ou des exercices à faire entre les rendez-vous. Les médecins peuvent aussi vous recommander de travailler avec un ergothérapeute pour vous aider à atteindre les objectifs des activités quotidiennes et du travail : la cuisine, la dactylographie, l’utilisation indépendante des transports publics, etc.


Voir les sources