Signer une lettre ouverte adressée aux décideurs canadiens

Environ 1,5 million de Canadiens vivent avec une lésion cérébrale acquise – et cela ne comprend pas les commotions cérébrales, les blessures militaires ou les lésions cérébrales non signalées. Les lésions cérébrales ne touchent pas seulement les personnes affectées, elles touchent aussi leurs familles et amis. Cela signifie que des millions de Canadiens doivent composer chaque jour avec les effets des lésions cérébrales.

Les lésions cérébrales sont 30 fois plus répandues que le cancer du sein, 44 fois plus prévalentes que les lésions médullaires et 400 fois plus prévalentes que le VIH/sida. Pourtant, très peu de gens comprennent à quel point les lésions cérébrales sont courantes et mal desservies dans les collectivités du pays.

Le printemps dernier, Lésions cérébrales Canada a fait circuler un sondage auprès des associations des lésions cérébrales, des médias sociaux et de nos partenaires afin de déterminer quels sont les principaux problèmes pour les personnes atteintes de lésions cérébrales.

Les résultats parlent d’eux-mêmes. Environ 62 % des participants ont indiqué que le manque de sensibilisation à l’égard des lésions cérébrales dans la population générale était leur principal problème. 58.5 % des participants ont indiqué que le besoin de soutien en santé mentale et le coût des soins (principalement la question d’une couverture publique limitée et d’une couverture d’assurance inadéquate ou inexistante) étaient les deux autres enjeux les plus importants.

"J’ai besoin d’aide, même si ça ne paraît pas."

-    Participant anonyme au sondage

Les résultats de ce sondage ont fait ressortir le fait que notre pays ne fait pas un bon travail pour éduquer le public au sujet des lésions cérébrales ou appuyer les personnes et les familles qui en sont victimes.

Il est temps que cette communauté se rassemble pour défendre les besoins des personnes atteintes de lésions cérébrales. Nous avons besoin que tous les ordres de gouvernement s’unissent pour appuyer l’élaboration d’une stratégie sur les lésions cérébrales. Cette stratégie comprendrait, sans toutefois s’y limiter:

  1. Du financement désigné pour une initiative nationale de sensibilisation et d’éducation sur les lésions cérébrales. Cette initiative comprendrait la prévalence, l’expérience quotidienne des personnes ayant une expérience vécue (présentée par leurs témoignages),  l’amélioration des attitudes du public et la protection des droits des personnes atteintes de lésions cérébrales afin de favoriser une meilleure compréhension, ainsi que l’inclusion et l’élimination des obstacles, tant environnementaux que sociétaux.
  2. Du soutien aux associations des lésions cérébrales afin d’élaborer et de fournir des ressources améliorées et intégrées en santé mentale spécifiques aux personnes qui vivent avec une lésion cérébrale et à leurs familles.
  3. Un accès coordonné et équitable à la prestation personnalisée de services de santé et de soins sociaux, tout au long de la vie.
  4. Donner aux personnes et aux familles les moyens de déterminer leurs besoins en matière de santé, de participer à la planification et à la prestation des services et de jouer un rôle actif dans le maintien de leur propre santé et bien-être.

"La guérison se fait avec un financement et un accès à des systèmes de soins adéquats."

- Participant anonyme au sondage

Les représentants élus à tous les niveaux doivent entendre les voix des victimes de lésions cérébrales et les écouter. Grâce au financement et à l’accès à des services de soutien en santé mentale et en rétablissement, un plus grand nombre de personnes ayant subi une lésion cérébrale et leurs familles pourront retourner au travail, éviter la pauvreté, le système de justice pénale et l’itinérance, participer dans la société quotidiennement avec moins d’obstacles et devenir des membres à part entière de leur collectivité. Ils ne seront plus laissés pour compte, ignorés ou oubliés – ils seront vus, compris et respectés.


Vous pouvez démontrer votre appui en apposant votre signature sur cette lettre ouverte. À la fin du mois d’août, nous l’enverrons au premier ministre, à la ministre de la Santé, à la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’oeuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées et au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social. La lettre sera accompagnée de la liste des personnes qui appuient le projet à l’échelle nationale. Nous en fournirons également des exemplaires aux associations des lésions cérébrales pour qu’elles les envoient à leurs représentants provinciaux et municipaux.

Joignez-vous à nous dans cet appel à l’action et aidez les personnes atteintes de lésions cérébrales à se faire entendre.

Signer la lettre