Déclencheurs pour l’écriture de journal après une lésion cérébrale

Raconter votre histoire

Vous êtes l’auteur de votre histoire de vie. En comprenant le pouvoir de l’histoire, vous pouvez changer la façon dont vous conduisez votre vie, peu importe ce qui vous est arrivé… Vous avez le pouvoir de faire passer votre point de vue de victime à vainqueur, de survivant à épanoui, de perdant à gagnant.

— Sandra Marinella, MA, Med, The Story You Need to Tell

Écrire ou enregistrer des pensées, des sentiments et des expériences, c’est tenir un journal de nos histoires. Cela peut nous montrer comment nous percevons et interprétons ce que nous avons vécu. Cela peut aussi nous aider à changer notre point de vue sur les événements pour aller de l’avant de façon plus positive.

Dans leur cahier de formation, ‘After Brain Injury : Telling Your Story’ (‘Après une lésion cérébrale : raconter votre histoire’), Barbara Strahura et Susan B. Schuster écrivent:

Raconter votre histoire vous aide à faire face à de nouvelles situations et à prendre des décisions. C’est essentiel. Vous devez pouvoir vous exprimer de façon ouverte et honnête pour votre santé mentale, émotionnelle, spirituelle et même physique.

Les auteures continuent,

Une lésion cérébrale peut bouleverser une vie. Avant, vous aviez une histoire de votre vie. Après, vous avez commencé une nouvelle vie que vous ne connaissiez pas. Comment apprendre à vivre avec cette nouvelle réalité? Si vous ne pouvez pas revenir à la façon dont vous étiez, comment pouvez-vous déterminer qui vous pouvez être maintenant? La réponse : vous racontez votre histoire, et elle vous montrera comment.

Pour de nombreuses personnes qui vivent avec une lésion cérébrale, le fait de raconter leur histoire leur a donné l’occasion de miser sur leurs forces et atteindre leurs objectifs.

Avant de commencer

Tenir un journal, ce n’est pas seulement exprimer les événements tristes ou traumatisants de votre histoire. Il est important d’écrire à ce sujet, mais si c’est tout ce que vous incluez, vous vous sentirez peut-être pire au lieu de mieux.

Assurez-vous d’inclure aussi les événements et les moments heureux. Inclure ce dont vous êtes reconnaissant est aussi une excellente pratique.

En incluant tous les aspects de votre histoire, la tenue d’un journal peut vous aider à commencer à traverser, à avancer et à vous éloigner du traumatisme, de la négativité et de la tristesse et à vous diriger vers un endroit plus optimiste, positif et centré.

Techniques de relaxation

« … écrire peut rendre la douleur tolérable,  dissiper la confusion et renforcer le soi. » — Anna Quindlen, Newsweek, 22 janv. 2007

Il y a plusieurs choses que vous devez faire avant de commencer à tenir un journal :

  • Avant de commencer, rassemblez vos outils (journal ou papier, stylo ou crayon, enregistreuse, ou assoyez-vous devant votre ordinateur, etc.)
  • Mettez de la musique que vous trouvez apaisante. Si cela vous distrait, vous pouvez aussi vous concentrer sur la création d’une atmosphère silencieuse.
  • Assoyez-vous confortablement avec les deux pieds au sol, si possible, et les mains sur les genoux.
  • Fermez les yeux et respirez profondément par le nez. Retenez votre respiration aussi longtemps qu’il est confortable. Expirez par la bouche. Répétez cela à quelques reprises.
  • Les yeux fermés, laissez votre respiration reprendre votre rythme normal. Commencez lentement à prendre conscience de votre corps en commençant par le haut de votre tête et descendez lentement jusqu’à vos orteils.
  • Maintenant, imaginez les tensions, les préoccupations et les angoisses de votre journée qui sortent de votre tête et entrent dans un ballon. Lorsque vous avez rempli le ballon et que vous vous sentez plus calme, scellez le ballon et regardez-le flotter.
  • Sachez que vous êtes en sécurité, que votre journal est privé et juste pour vous, si c’est votre choix.

Aides-mémoire pour la journalisation

Ces messages vous guideront dans la rédaction de votre histoire, dans votre exploration de vous-même et de votre vie. Ils vous aideront à en apprendre davantage sur vous-même chaque fois que vous rédigerez un journal.

N’oubliez pas de dater chaque article et de revoir les techniques de relaxation avant de commencer.

1. Comment je me sens aujourd’hui…
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre article.

Essayez d’utiliser le plus de détails possible, écrivez sur ce que vous avez en tête, sur les émotions que vous ressentez, sur ce que vous ressentez physiquement, etc.

Exemples:

Aujourd’hui je me sens frustré. Je me sentirais bien si les gens arrêtaient de me dire que j’ai changé. Je suis juste moi. La plupart du temps, je ne sais pas de quoi ils parlent. Pourquoi ne peuvent-ils pas se rendre compte que je ne peux être personne d’autre? C’est frustrant, et ça me met vraiment en colère. J,ai envie de leur dire ‘Allez, reviens-en!’. – Jerome

Aujourd’hui j’ai de l’espoir. Tout ce qui s’est passé dernièrement a été très difficile, mais aujourd’hui, je suis allée faire une marche de 10 minutes et je ne me suis pas fatiguée. Ça m’a rendu heureuse. – Anne

2. J’aimerais pouvoir me sentir ainsi aujourd’hui…
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre article.

Il est parfois possible d’améliorer votre humeur et votre attitude lorsque vous écrivez sur ce que vous aimeriez ressentir. De plus, cela vous aide parfois à établir une feuille de route. Essayez d’inclure quelque chose dont vous êtes reconnaissant.

Exemples:

Je veux avoir l’impression que tout le monde a accepté la nouvelle normalité. Je suppose que cela prend du temps. Je suis reconnaissant que les choses ne soient pas pires. – Jerome

Je veux avoir l’impression qu’il y a eu plus de progrès. Il y en a eu. C’est petit, mais c’est là, et j’en suis reconnaissante. – Anne

3. Voici comment ma lésion cérébrale s’est produite
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre article.

Votre lésion cérébrale a été causée par un événement. Consignez le plus de détails possible sur l’événement tel que vous vous en souvenez, en commençant juste avant qu’il ait lieu. Tenez-vous-en aux faits; les sentiments seront abordés dans la prochaine question.

Exemples:

Je me souviens d’être au sommet de la montagne. C’était une belle journée, et j’étais ravi de skier avec mes filles. Ensuite, je me suis retrouvé allongé dans un lit d’hôpital. On m’a dit que quelques semaines s’étaient écoulées depuis le moment où j’avais atteint sommet de la montagne. J’avais eu un mauvais accident de ski. J’avais une longue coupure au visage qui était en grande partie guérie. Ma poitrine était douloureuse – on m’a dit que j’avais fracturé mon sternum. Mon visage semblait différent dans le miroir. On m’a dit que j’avais fracturé mon os occipital, donc un œil était un peu plus bas que l’autre. De plus, on m’a dit que j’avais eu deux hémorragies cérébrales dans la partie frontale de mon cerveau. Je me sentais bien. J’avais peut-être une petite faiblesse du côté gauche, mais cela n’a pas duré longtemps. Un jour, j’ai réussi à me rendre moi-même à l’étage de réadaptation. Cela les a choqués. Je pouvais aussi cuisiner mon propre déjeuner. On m’a dit que j’étais à l’hôpital depuis plus d’un mois. Mon frère y était depuis deux semaines. Je ne m’en souviens pas. Ensuite, on m’a envoyé dans un centre de réadaptation. Je ne pensais pas en avoir besoin. Je voulais rentrer à la maison pour être avec ma famille. — Brian

Je lisais à la maison un soir et j’ai commencé à ressentir de la douleur derrière les yeux. Je pensais que l’éclairage était peut-être trop faible et que ça me faisait mal aux yeux. Je me suis levé pour allumer les lumières. Je me souviens avoir pensé que la douleur était là depuis quelques semaines, et que maintenant elle était poignante. C’était bizarre, mais je continuais à lire. Environ 15 minutes plus tard, j’ai dû courir aux toilettes. J’ai vomi. Ma tête tournait, et j’ai commencé à voir double. Dieu merci pour mon mari. Il a insisté pour que nous appelions l’ambulance. La sirène était si forte en chemin. Je me tenais constamment la tête pour qu’elle n’explose pas. Charles gardait la main sur mes yeux. Il faisait si chaud. La climatisation à notre arrivée à l’hôpital nous a beaucoup soulagés. Je me souviens avoir senti que je pouvais mieux respirer. Il s’est avéré que j’ai eu un anévrisme du cerveau avec une hémorragie subarachnoïque. J’ai subi une intervention chirurgicale qui m’a sauvé la vie. J’ai maintenant des problèmes neurologiques, mais je suis en vie. – Dorothy

4. Écrivez ce que vous vous rappelez avoir ressenti pendant et/ou après l’événement qui a causé votre lésion cérébrale.
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre inscription.

Notez ce que vous vous rappelez avoir ressenti pendant et/ou après l’événement qui a causé votre lésion cérébrale. Utilisez les catégories suivantes, le cas échéant:

  • Plan émotionnel
  • Plan mentale
  • Plan physique

Les sensations physiques peuvent être faciles à identifier et à nommer, tandis que les émotions et les états mentaux peuvent être plus difficiles à identifier et à nommer. En voici quelques exemples :

Plan émotif : en colère, triste, effrayé, apeuré, paisible, joyeux, heureux, dépassé, anxieux, nerveux, plein d’espoir, content, fier, optimiste, frustré, calme, détendu, curieux.

Plan mental : confus, lucide, déconcerté, désorienté, étourdi, cohérent, alerte, lucide, rationnel, bien orienté, équilibré, clair d’esprit, engourdi.

Plan physique : tendre, sensible, ecchymose, douleureux, tendu, serré, nauséabond, picotement, démangeaisons, brûlant, piquant, nerveux, tremblante, moite, froid, chaud, engourdi.

Une étape importante pour raconter votre histoire consiste à nommer ce que vous avez ressenti. Cela  peut vous venir facilement, mais sinon, soyez patient avec vous-même. Donnez-vous du temps, et ne vous attardez pas si vous êtes bouleversé ou frustré; vous voudrez peut-être revenir à cette question plus tard et y ajouter d’autres éléments.

Exemples:

Je ne me souviens pas encore de quoi que ce soit pendant l’accident. Les infirmières disent que cela pourrait me revenir un jour.

  •  Plan physique : démangeaisons (jambe en plâtre), douleur (couché dans le lit). Le bas du dos me tue.
  •  Plan mental : perdu (j’oublie beaucoup des mots, parfois je ne sais pas quel jour on est).
  •  Plan émotif : frustré et furieux de ne pas avoir été plus prudent. J’ai peur à propos du rétablissement au niveau de la tête.

— Andy

Comment je me suis senti pendant l’accident :

  • Plan physique : J’étais complètement tendue et j’ai gelé lorsque les phares arrivaient vers moi. Puis j’ai senti quelque chose brûler, mais je n’ai pas pu identifier quoi. Je me sentais comme si je flottais. Je crois que c’est lorsque je me suis évanouie.
  • Plan émotif : Je pense que c’est arrivé trop vite pour avoir des émotions. J’étais simplement stupéfaite.
  • Plan mental : Gel cérébral.

Par la suite (à l’hôpital) :

  • Plan physique : j’avais la bouche sèche, mais j’avais pris trop d’analgésiques au début pour ressentir quoi que ce soit.
  • Plan émotif : Une espèce de paix étrange. Un limbo.
  • Plan mental : Étourdie, semi-consciente la plupart du temps.

— Mandy

5. Énumérez tout ce que vous avez ressenti de bien ou de positif pendant et/ou après l’événement qui a causé votre lésion cérébrale.
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre inscription.

Énumérez tout ce qui est bon ou positif dans ce que vous avez ressenti pendant et/ou après l’événement qui a causé votre lésion cérébrale.

Plan émotionnel, mentale, physique
EXEMPLE :

J’étais et je suis toujours reconnaissante d’être encore en vie. N’est-ce pas la meilleure chose à faire? – Mandy

Mes amis ont été là pour moi. – Andy

6. Objets perdus et trouvés
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre inscription.

Réfléchissez à ce que vous avez perdu à cause de votre lésion cérébrale et dressez-en une liste. Écrivez les chiffres 1 à 10 et inscrivez-en le plus grand nombre possible.

  1. Ma voiture
  2. Beaucoup de mots
  3. Mon ancienne personnalité
  4. Des souvenirs
  5. L’équilibre (parfois)
  6. L’indépendance (pour l’instant, je l’espère)

Réfléchissez maintenant à ce que vous avez appris ou acquis en raison de votre lésion cérébrale et dressez une liste.

  1. Le cerveau est compliqué
  2. Combien ma femme m’aime
  3. Quels amis peuvent gérer ce type de situation
  4. Je suis devenu humble
  5. J’ai une meilleure appréciation de ma maison
7.Dialogue : Discutez avec votre cerveau de ce qui a causé votre blessure.
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre inscription.

Le dialogue est une technique de tenue de journal qui a été utilisée par des experts comme Ira Progroff et Kathleen Adams. La technique consiste à avoir un dialogue (écrit) avec un enjeu, un sujet, une émotion ou une personne, et à « jouer » les deux parties.

La technique peut être bizarre au début, car elle ressemble à parler à soi-même. Mais faites confiance au processus : utilisez votre imagination, et tenez-vous-en. Il deviendra plus confortable à mesure que vous pratiquerez.

Commencez à écrire en posant une question. Utilisez le mot « quoi » plutôt que « pourquoi ». Ainsi, vous vous invitez à donner une réponse et commencez un dialogue écrit bidirectionnel. Poursuivez la conversation le plus longtemps possible.

EXEMPLE :

MOI : J’ai fait ce geste un million de fois dans ma carrière (hockey). Qu’est-il arrivé?

L’ACCIDENT : Les circonstances étaient telles que ton casque a pu s’envoler et tu as frappé les planches.

MOI : Aurais-je pu l’éviter? Était-ce ma faute?

L’ACCIDENT : Non. Il ne s’agissait pas seulement de toi. D’autres intervenants faisaient partie des circonstances. — Stan

 

8. Qui êtes-vous maintenant?
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre inscription.

Écrivez ce que vous savez sur vous-même à ce moment précis. Êtes-vous grand ou petit? Un parent ou un frère, une sœur? Avez-vous un emploi? Suivez-vous une thérapie? Ce sont des détails qui peuvent vous aider à vous ancrer dans votre journal et votre journée.
EXEMPLE :

Je suis toujours une femme, mère, célibataire, fille. Il est difficile d’être une bonne amie en ce moment. Je suis une patiente en réadaptation. Je n’en sais pas beaucoup plus, mais j’y travaille. J’imagibe que cela veut dire que je suis déterminée. — Beth

9. Qui voulez-vous devenir?
Rappel : Commencez par la technique de relaxation et datez votre inscription.

EXEMPLE :

Je pense que cela porte sur mes objectifs. Donc, indépendant, employable, gentil. C’est bon pour maintenant. – Jamie

Autres suggestions de phrases pour déclencher l’écriture de journal
  • Je vais…
  • Je me sens…
  • Je crois…
  • Je ne vais pas…
  • Je ne peux pas…
  • Je peux…
  • Hier, c’était…
  • Ce qui m’inquiète le plus…
  • Mon objectif est…
  • Je suis toujours triste lorsque…
  • Je me sens toujours heureux lorsque…
  • Je me suis remis de…
  • Je m’améliore…
  • Je ne peux m’empêcher de penser à…
  • Il n’y a pas de mal à penser à…
  • Ma famille me rend fou parce que…
  • Ma famille prend bien soin de moi en…
  • Je me suis rétabli de…
  • Je crois aux miracles parce que…
  • Je suis reconnaissant pour…
  • Je perds mon sang-froid parce que…
  • J’en ai assez de…
  • Je serai plus positif parce que…
  • Lorsque les choses ne vont pas dans mon sens, je…
  • Hier soir j’ai rêvé de…
  • J’aimerais pouvoir expliquer…
  • Je comprends que…
  • À l’avenir, je…

« Dans mon journal, je ne fais pas que m’exprimer plus ouvertement qu’avec quelqu’un d’autre; je me crée moi-même. » — Susan Sontag

REMARQUE : Les exemples suivants sont fondés sur certains faits, mais ils sont principalement fictifs pour protéger la vie privée des gens. Les noms sont également fictifs [1].


See sources